On parle de nous

STEMP Magazine (Septembre 2020)

120079273_185804443055884_3798019473798610561_n

La Tribune – Le Progrès (Mai 2018)

leprogresmai2018

Chronique du EP « Le Jeu des Planètes » sur le webzine BREAK MUSICAL (05/05/2017) :

http://www.break-musical.fr/2016/12/21-grammes-le-jeu-des-planetes.html

Chronique du EP « Le Jeu des Planètes » par Vibration Clandestine (09/11/2016) :

http://www.vibrationclandestine.com/musique/21-grammes-11694/

En Octobre les Stéphanois de 21 Grammes ont placé dans les bacs des disquaires et sur les plateformes numériques leur dernier opus. Le jeu des Planètes est leur troisième réalisation depuis 2012, année de leur création. Fervent défenseur d’un rock puissant, le quatuor nous propose ici cinq nouveaux titres qui ne manquent pas d’une énergie pleine de rage. Les textes, toujours en français, rappellent le phrasé de Saëz et parfois de Noir Désir.

Le jeu des Planètes c’est la combinaison efficace de cinq titres qui montent crescendo en intensité pour finir dans une explosion musicale enivrante. La condition de l’homme, son rapport au monde et sa place dans le système forment la base idéologique des écrits incisifs de 21 Grammes.

Le groupe au rayonnement qui flirte avec le national se produit généralement sur de nombreuses scènes rhônalpines où ils se sont créés une identité musicale forte qui a très vite plu au public. Les deux prochaines dates sont programmées dans le département de la Loire. Le 19 novembre, c’est le Bul de Saint-Étienne qui ouvre ses portes aux enfants du pays. Ils seront également au Château du Rozier de Feurs le 20 janvier.

Guillaume (chant et guitare), Steph (basse et chœurs), Nico (guitare et chœurs), Tristan (batterie, chœurs) sont secondés par Milouse à la technique. Ensemble ils décochent une musique efficace qui mérite de s’étendre. Leurs influences rock alternatif et punk rock s’accordent pour donner un rock français qui fait plaisir à entendre !!!

Le jeu des planètes est d’ores et déjà disponible. N’hésitez-pas, vous ne le regretterez pas !

Chronique du EP « Obsolescence programmée » sur le webzine BREAK MUSICAL (05/05/2015) 

http://www.break-musical.fr/2015/05/21-grammes-obsolescence-programmee.html

Interview de 21 Grammes sur le site web « Saint-Etienne Je t’Aime » (11/05/2015)

http://www.saintetiennejetaime.fr/article-29-interview-de-21-grammes

21 Grammes est un groupe de rock de la scène stéphanoise. A l’occasion de la sortie de leur nouvel album, 3 des membres du groupe ont répondu à nos questions.

D’où vient 21 Grammes, les origines du groupe et le nom ?

Gus : Le groupe a été créé par Steph et moi début 2012. On a très vite recruté Kasper à la batterie qui formait déjà avec Steph la section rythmique du groupe White Card. Nico, le guitariste a été engagé dans le groupe peu de temps après et on a commencé a faire des concerts lors de l’été 2012. Le nom « 21 Grammes » fait référence à l’âme et à une vieille « légende » qui lui attribue ce poids.

Présentez nous les membres du groupe ?
Gus : 21 Grammes compte cinq membres, Stéphane à la basse et aux chœurs, Kasper à la batterie et aux chœurs, Nico à la guitare et aux chœurs, Milhouse qui est notre technicien son et moi, Gus à la guitare et au chant. En général c’est moi qui écrit et compose les morceaux. Je les présente ensuite au groupe dans une version assez épurée et chacun place ses arrangements avec toujours cette volonté de servir la chanson sans en mettre de trop.

Quelles sont vos influences ?

Kasper : Queen, Red hot, Foo fighters principalement.

Nico : Nirvana, Red hot chili peppers (pré 93), Queen, Depeche mode !

Gus : Je pense être le membre du groupe le plus branché sur la scène rock française avec des groupes comme Deportivo, Luke ou encore Les Sheriff. J’aime également beaucoup de groupes nord-américains comme Metz, Cloud Nothings et bien entendu Nirvana, le groupe sur lequel on est vraiment tous d’accord !!

D’où vient votre inspiration ?

Gus : Bonne question à laquelle j’aimerais pouvoir répondre. C’est un peu comme un robinet qui s’ouvre ou se ferme sans que l’on sache vraiment pourquoi. Le processus de création est un truc magique, inutile de chercher à savoir comment ça fonctionne, il faut juste savoir capter l’inspiration quand elle se présente.
Kasper : Ça vient évidement de ce que j’écoute et les périodes musicales influent sur ma créativité.
Nico : La musique appelle la musique, l’inspiration vient essentiellement en s’imprégnant de musique en général.

Combien de CD avez vous sortis ?

Gus : Nous sortons à la fin du mois notre second EP 6 titres qui s’intitule « Obsolescence programmée ». On l’a enregistré avec Milhouse, notre homme du son, qui a géré les prises et le mix. Notre premier EP, « La pesée des âmes » est lui sorti en 2013.

Quels sont vos projets à court, moyen et long termes ?

Kasper : Défendre le nouvel EP, le promouvoir et toujours jouer, jouer, jouer, partout.

Nico : Le groupe bien entendu et puis un bébé qui va arriver dans quelques semaines.

Gus : Pas de bébé en vu pour moi mais des projets à foison pour le groupe. On va déjà organiser tout ce qui doit l’être autour de la sortie du disque qui est prévue pour le 30 mai et, comme le dis Kasper, le défendre un maximum sur scène. On a aussi pour projet une compile de groupes stéphanois mais on n’en dit pas plus pour l’instant, on aura avancé sur ce dossier d’ici cet automne. A long terme, on se projette évidemment sur un nouveau disque et sur le développement de nos prestations scéniques qui passe par de l’écriture, des répètes et du travail en résidence pour présenter de nouvelles idées et un show encore plus abouti au public.

Avez-vous un titre de chanson phare ?

Gus : On avait pas mal axé la promotion du premier EP sur le titre « Icare » pour lequel on avait tourné un clip vidéo qui a plutôt bien circulé sur la toile. Ce titre est aussi super efficace en live. Pour le nouvel EP, on va très prochainement tourner un nouveau clip sur le single « Morphée » et on espère qu’il recevra le même accueil que son prédécesseur que ce soit sur internet ou en concert.

Y’a-t-il un message à travers vos textes et votre  musique ?

Gus : On a pas vraiment de message à faire passer, on n’est pas ce qu’on pourrait appeler un groupe engagé au sens politique ou citoyen du terme. Quand j’écris un texte, ça se passe de façon très intuitive. J’essaye de mettre des mots (avec leur sens et leur musicalité) sur des émotions comme un peintre y mettrait des couleurs et du relief. Après, il y’a aussi des pistes de réflexion sur des idées telles que la vie, la mort, le sens qu’on leur donne, la fuite du temps, le non sens et la futilité qui caractérisent nos modes de vie …

Connaissiez vous le site Saint-Etienne je t’aime ? Que pensez-vous du projet ?

Kasper : Moi je connais pas mais j’aime bien le concept.

Nico : A fond pour ! L’image de la ville à l’extérieur a besoin du soutien des stéphanois pour que la ville soit enfin perçue à sa juste valeur !!!

Gus : Oui, je connaissais déjà le site avant que tu nous contactes. Je ne peux qu’approuver le projet ! Tout ce qui peut inciter les gens à sortir de chez eux, à être curieux et à ne pas rester le cul dans le canapé à laisser miss télé nous lobotomiser est bon a prendre !!

Chronique du EP « Obsolescence programmée » sur ZICAZIC par Fred Delforge (22/05/2015) :

http://www.zicazic.com/zicazine/index.php?option=content&task=view&id=12467&Itemid=2

2018_06_13_16_13_47_Greenshot

Interview de 21 Grammes dans le webzine BREAK MUSICAL (09/10/14)

http://www.break-musical.fr/2014/10/cinq-questions-21-grammes.html

Cinq questions à… 21 Grammes !

La question essentielle pour bien démarrer. Comment va 21 Grammes ?

Mercide t’en soucier !! On se porte à merveille. L’équipe est depuis quelques mois au complet (on est 5 en tout, 4 zicos et 1 technicien son) et nous sommes prêt à relever les défis qui s’offrent à nous. On a pas mal de projets en tête dont la sortie de notre prochain EP prévue pour le printemps 2015 (on vient tout juste de finir le pré-maquettage) et on prend surtout beaucoup de plaisir à jouer et à partir sur la route ensemble. Ça peut sembler commun, mais 21 Grammes, c’est une aventure artistique mais aussi humainement très forte … Que du bonheur quoi !!

21 Grammes, c’est le poids de l’âme. N’empêche Lââm ce n’est pas notre tasse de thé et probablement pas la vôtre non plus. Mais alors, quelles sont vos influences ? (Quelle transition pourrie…)

Ouah, effectivement c’est de la transition haut de gamme !!! On ne peut pas parler de nos influences sans citer Nirvana. On fait partie de cette génération qui a découvert dans les années 90 qu’il n’était pas nécessaire d’être un virtuose de la six-cordes pour s’exprimer artistiquement et monter son propre groupe. Dans l’ensemble, on est plutôt branchés sur la scène rock alternative nord-américaine avec des groupes comme Foo Fighters, Metz (noise-punk canadien), Cloud Nothings mais il y’a aussi quelques groupes français qui nous inspirent : Deportivo, Luke, Les Sheriff … Après chaque membre du groupe a ses groupes fétiches : Tristan notre batteur est fan de Queen, Milhouse notre sondier est fan d’Offspring, Steph le bassiste écoute beaucoup de métal, Nico le guitariste vous citera Biffy Clyro et moi (Gus à la guitare et au chant) j’adore Eels entre autres. Ce qui nous réunit au sein de 21 Grammes, c’est l’envie de faire simple, dynamique, beau, sincère, efficace et sans chichi … Sur ce point-là le dénominateur commun s’appelle Nirvana.

C’est sympa Saint-Étienne ? Nous les chroniqueurs bretons, savons que là-bas, il y a Bernard Lavilliers et Dominique Rocheteau… Mais à part eux… Vous pourriez nous conseiller des groupes du coin ?

Sainté est une ville plutôt sympa à vivre malgré tout ce que l’on peut entendre à son sujet. On y trouve à peu près tout ce qui fait l’attrait des grandes villes, notamment en ce qui concerne l’accès à la culture, et on peut en 15 minutes à peine se retrouver en pleine cambrousse, loin du stress des grandes agglomérations. On a aussi la chance d’avoir une scène rock (au sens très large du terme) très développée et de nombreux groupes sortent du lot. Parmi mes préférés, je citerais les Barrio Populo qui font dans le rock festif et cuivré ou encore Mac Abbé et le Zombi Orchestra qui eux font du rock swing bien déjanté avec une esthétique musicale et visuelle à la famille Adams.

Je suis sûr que vos fans se posent la question quand ils trépignent d’impatience dans la salle et rêvent de le savoir… Alors que faites vous quinze minutes avant de monter sur scène ?

On se cache derrière le rideau pour observer le public et voir ce qu’il fait quinze minutes avant que l’on monte sur scène !! Plus concrètement, on essaye de s’isoler un peu et on chante tous ensembles dans le genre chorale polyphonique corse histoire de chauffer un peu nos voix et de se mettre dans l’ambiance. On tourne au diesel, il est donc préférable pour nous de faire chauffer le moteur avant l’ouverture du bal.

Pour votre prochain anniversaire, on vous offre la possibilité de faire la première partie d’un groupe mythique. C’est cool, qui choisissez-vous ?

Tout dépend ! Mais si on a le droit de réveiller les morts et au risque de se répéter, alors sans hésiter, on vous donne rendez-vous en première partie de Nirvana. Et puis tant qu’on y est, on choisit une salle qui elle aussi n’existe plus : Le Pez Ner. C’était une salle associative dans la banlieue de Lyon avec une jauge de 300 personnes à peu près. Cet endroit transpirait le rock’n roll par tous les pores. Pour la date, on vous laisse choisir. Quelle qu’elle soit on la bloquera sur notre agenda !!
C’est beau de rêver non ?

Interview de 21 Grammes dans le journal La Tribune – Le Progrès (23/08/2013)

interview la tribune

Chronique du EP « La pesée des âmes » sur ZICAZIC par Fred Delforge (08/08/2013) :

http://www.zicazic.com/zicazine/index.php?option=content&task=view&id=10770&Itemid=2

2018_06_13_16_14_26_Privé_Guillaume